Compétences pédagogiques

Cliquez sur l’intitulé de la formation qui vous intéresse.

Grâce à la politique de l’école inclusive de moins en moins d’enfants TSA sont déscolarisés. Il s’agit aujourd’hui de les faire évoluer dans le milieu scolaire ordinaire au milieu des autres élèves. Seulement, les adultes enseignants et personnels d’éducation ne sont pas assez formés pour les recevoir dans les meilleurs conditions pour l’élève lui-même, l’enseignant, les éducateurs et les autres élèves de la classe.

La pédagogie Montessori permet à chaque enfant de s’épanouir dans le respect de son rythme et de sa personnalité en développant ses pleins potentiels.
Le matériel de Vie pratique et Sensoriel permet d’aider l’enfant à satisfaire son besoin d’activités, lui permettant ainsi de développer ses aptitudes personnelles et les bases de son intelligence.
Le fil conducteur de ce matériel est avant tout permettre à l’enfant de développer son intelligence, son autonomie, sa concentration et sa confiance en soi, mais également servant de tremplin aux mathématiques et au langage.

La pédagogie Montessori permet à chaque enfant de s’épanouir dans le respect de son rythme et de sa personnalité en développant ses pleins potentiels.
Le matériel Montessori est conçu pour donner à l’enfant la possibilité d’entrer dans le langage, l’écriture et la lecture de façon sensorielle et concrète pour montrer à l’enfant le champ des possibles dans le développement et le raffinement de ses propres capacités linguistiques.

La pédagogie Montessori permet à chaque enfant de s’épanouir dans le respect de son rythme et de sa personnalité en développant ses pleins potentiels.
Le matériel de mathématiques se positionne donc du côté du développement de l’individu par la logique dont ils sont emprunts. Le fil conducteur de cette préparation indirecte est avant tout la préparation au calcul mental, c’est à dire le passage à l’abstraction.

La pédagogie Montessori permet à chaque enfant de s’épanouir dans le respect de son rythme et de sa personnalité en développant ses pleins potentiels. Elle est avant tout un regard spécifique sur l’enfant. Celui-ci est considéré avec toutes ses potentialités, avec le pari que chacun peut se développer et apprendre si on lui offre l’environnement et les outils adéquats.
Pour l’enseignant, il s’agit de prendre conscience de son attitude « d’éducateur » afin d’incarner ce qu’ils souhaitent transmettre, placer l’enfant au centre de la réflexion sur l’éducation, mettre l’accent sur l’observation, la communication et la bienveillance afin d’accompagner l’enfant sur le chemin de l’épanouissement.

Outils de diversification des méthodes pédagogue, les jeux sérieux peuvent être une solution pour motiver les élèves, développer leur autonomie, leur initiative et plus encore. Il est souvent le point de départ de nombreuses situations didactiques permettant la construction d’acquisitions fondamentales ainsi que de compétences.

Les élèves éprouvent toute une gamme d’émotions à travers leurs interactions sociales et les apprentissages. Elles s’expriment, explosent, se régulent et se refreinent. Les dernières recherches en sciences cognitives tissent des liens entre le développement des compétences psycho-sociales et communicationnelles et la réussite scolaire.

La différenciation pédagogique s’impose désormais dans la conduite des apprentissages Elle se structure à partir de trois axes complémentaires : des propositions différenciées d’activités, la mise en place d’activités propres à prendre en charge les difficultés d’apprentissage.

L’accompagnement des élèves dans leurs apprentissages représente un vrai défi pédagogique pour les enseignants. Ceux-ci peuvent parfois être démunis face aux difficultés de stabilisation des apprentissages que connaissent les élèves, à la perte de la joie d’apprendre et au risque de dévalorisation de soi qui en résulte.
La pédagogie positive permet tout à la fois d’entretenir la motivation des élèves, de les impliquer dans leurs apprentissages, de trouver des solutions pour dépasser les difficultés et d’accroître leur capacité à l’autonomie.
Résolument pratique, l’action de formation partira des situations vécues pour envisager les paramètres d’une relation éducative et pédagogique constructive.

L’accompagnement des élèves dans leurs apprentissages représente un vrai défi pédagogique pour les enseignants. Ceux-ci peuvent parfois être démunis face aux difficultés de stabilisation des apprentissages que connaissent les élèves, à la perte de la joie d’apprendre et au risque de dévalorisation de soi qui en résulte.
La pédagogie positive permet tout à la fois d’entretenir la motivation des élèves, de les impliquer dans leurs apprentissages, de trouver des solutions pour dépasser les difficultés et d’accroître leur capacité à l’autonomie.
Résolument pratique, l’action de formation partira des situations vécues pour envisager les paramètres d’une relation éducative et pédagogique constructive.

« L’école inclusive, c’est l’école pour tous avec une vraie place pour chacun »
Comprendre le handicap pour mieux construire un parcours de réussite.

Comprendre les dysfonctionnements cognitifs des « élèves dys » pour mieux accompagner et mettre en place des stratégies pédagogiques pour développer les compétences de l’élève.

Accueillir des enfants à haut potentiel en classe, c’est mener des projets pédagogiques pour les accompagner dans leur scolarité et s’engager dans des pratiques pédagogiques adaptées.

Entrer dans les intelligences multiples, c’est ouvrir le champ de la différenciation pédagogique à partir des talents des élèves. C’est aussi entrer sur le champ des sciences cognitives sans abandonner le terrain de la pédagogie.

La loi de refondation de l’école du 8 juillet 2013 a posé les fondements de l’école inclusive en ces termes : « Le service public reconnait que tous les enfants partagent la capacité d’apprendre et de progresser. Il veille à l’inclusion scolaire de tous les enfants, sans distinction. » En conséquence, accueillir des élèves à besoins éducatifs particuliers nécessitent des compétences qui déroutent l’enseignant souvent seul dans sa classe. Il doit s’informer, s’adapter, trouver des réponses pour aménager le parcours des élèves vers la réussite, tout en favorisant un bon climat de classe. C’est un véritable défi à relever ensemble.
« Si l’école n’est pas une école de tous et pour tous, ceux qui n’y seront pas accueillis manqueront à cette école. » Pascal Balmand, Secrétaire général de l’Enseignement catholique.

« Apprendre en coopération, c’est apprendre avec les autres, par les autres, pour les autres et non pas seul contre les autres » André de Peretti

L’action permettra aux participants de changer de posture pour (re)mettre les élèves en action en favorisant l’apprentissage par les pratiques collaboratives et de la pédagogie active.

Les dernières découvertes scientifiques donnent un éclairage nouveau sur les élèves porteurs de troubles de l’attention. Leurs prises en charge en conséquence évoluent et donnent des clés pour mieux les gérer à l’école.

Les réseaux sociaux sont de plus en plus souvent présents dans les activités scolaires pilotées par les enseignants et bien plus encore dans les pratiques personnelles des jeunes dans les lieux et le temps scolaires.

Comment apprendre à apprendre ? Les neurosciences apportent un éclairage nouveau en explorant les différentes mémoires et en revisitant la mémorisation.